Slow food solidaire au Bruit qui court

Quand quatre amis créatifs rassemblent leurs talents pour monter le premier restaurant où l’addition devient un moment de plaisir et de solidarité, alors forcément, dans les rues de Chambéry, “y’a comme un bruit qui court”…

facade-bruit-qui-court

brui-qui-court-salleUne salle chaleureuse, un bric-à-brac de meubles et d’objets façon récup’, une petite scène, une cuisine du monde et locavore à la fois (non, ce n’est pas un oxymore!), une amap qui vend ses légumes sur la terrasse et des bières savoyardes derrière le comptoir, bref, ça sent le repaire de copains.

Les copains, c’est même l’origine de ce Bruit qui court. Dimitri et Mathieu ont fait leurs études ensemble et travaillé dans l’humanitaire, Rafael est venu du Mexique pour enseigner l’espagnol et mitonner des spécialités de son pays d’origine, rejoint en cuisine par Aurélien, infographiste, musicien et gourmet.

De décembre 2011 à mai 2013, ils travaillent sur leur projet, qui prend la forme d’une Scop (société coopérative et participative). Un statut qui correspond parfaitement à leur état d’esprit, équitable, solidaire et démocratique, puisque les salariés sont aussi les patrons et prennent toutes les décisions à égalité.

Addition solidaire

addition-solidaireLeur credo ? Manger et boire local (enfin quand c’est possible, pas toujours facile pour Rafael en cuisine, mais soyez certains que ses produits proviennent de filière éthiques), à petit prix. Sauf que bien sûr, même en faisant le maximum, ces principes se paient, et tout le monde ne peut pas s’offrir ce petit luxe. Alors les amis ont eu une idée unique en son genre, et qui révolutionne le moment de la “douloureuse”: l’addition solidaire.

L’addition solidaire, quésaco? On connaissait le “café en attente”, dans certains bistrots, où on peut commander un deuxième petit noir au comptoir qui sera offert à une personne dans le besoin, mais la démarche du Bruit qui court, en partenariat avec la région Rhônes-Alpes, est une vraie nouveauté. On explique : au moment de l’addition, l’équipe vous propose d’ajouter un petit quelque chose, qui sera placé dans une caisse solidaire, dont le montant sera reversé sous forme de chèques-restaurant au Secours catholique de Savoie. Cela permet aux personnes qui en seront bénéficiaires de passer une soirée chaleureuse au restaurant, au tarif de leur choix, puisqu’ils sont eux aussi invités à être acteurs de cette chaîne de solidarité.

Et qu’est-ce qu’on mange ?

boissons-bruit-qui-courtLe midi, on mange les spécialités d’Aurélien ou de Rafa, selon le jour.  En début de semaine, c’est Aurélien qui s’y colle avec ses petits plats français (mais pas que), et Rafa prend le relais en fin de semaine avec ses spécialités mexicaines revisitées aux produits du terroir (mais pas que). En somme de la cuisine du monde tendance slow food. Le soir, on accompagne ses boisson régionales (bières, jus de fruits et même sodas locaux) de tapas savoureux à des prix très raisonnables.

On mange, on boit, on refait le monde, et on se cultive aussi, grâce à l’association partenaire les Ébruiteurs, qui propose une animation par semaine : ciné, théâtre, musique… on n’a que l’embarras du choix.

Et comme ces Chambériens ne sont jamais à court d’idées, ils vous proposent aussi de venir acheter tous les jeudis les fruits et légumes de saison de l’Amap le Court-Bouillon. L’occasion de boire un petit café zapatiste et de laisser un pourboire… solidaire, bien sûr.

87, rue Sainte Rose

73000 – Chambéry

Tél.:  04 56 29 52 24

contact@bruitquicourt.fr

 

Une réflexion au sujet de « Slow food solidaire au Bruit qui court »

  1. Bravo Rafa, te felicito por lo cumplido, espero que les vaya bien en este proyecto muy interesante y solidario. Hasta pronto!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>